jeudi 11 septembre 2014

Grasse matinée






Claire étendit son bras. Il n’était plus là, son bel amant l’avait délaissé pour son travail. Elle soupira, dépitée. Les images de la soirée lui revenaient, puissantes, omniprésentes. Il lui avait fait l’amour comme rarement, avec une douceur excise, il avait joué avec son corps, l’avait fait hurler de plaisir.
      Pas envie de se lever, de commencer cette journée qui allait être banale, une journée à l’attendre dans leur duplex. Claire se recroquevilla sous les draps, hantée par les voluptés de la veille. Elle avait chaud, se sentait un peu moite. Les effluves de son parfum embaumaient encore le lit. Son homme, ses caresses, elle les ressentait renaître sur tout son corps. Elle frissonna, posa délicatement ses mains sur ses seins bombés. Leurs pointes s’éveillaient sous l’effet de ses rêveries érotiques. Pourquoi se contenir ? Le désir naissait en elle, sa peau s’enflammait. Elle les titilla avec passion, provoquant son propre émoi qui s’intensifiait. Son souffle s’accélérait, son sexe s’engorgea de désir, il semblait lui dire : « moi aussi, donne-moi ce que j’attends. Ses doigts s’égarèrent, descendirent sur son ventre, effleurèrent sa toison bouclée. Ce fut comme un déclic, une onde-choc, ses cuisses s’écartèrent toutes seules. D’un geste, elle repoussa le drap qui la gênait, et posa son index sur son clitoris. Sa première sensation fut l’étonnement, elle ne s’imaginait pas aussi mouillée. Son homme…

     Elle le revoyait s’approcher d’elle, et la pénétrer en douceur. Clara intensifia ses caresses, malaxant son bouton intime, gonflé par le plaisir. Elle gémissait sans retenue, se tortillait sur le matelas. Emprise au plaisir, l’envie de jouir à nouveau la bouleversait, la faisait perde pied. Elle s’aventura plus loin, fit glisser ses doigts entre ses lèvres trempées et introduit délicatement son index en elle. Tout sa chaire s’affola, emprise à l’orgasme qui montait en elle. Il arriva soudainement, elle émit ce petit cri strident que son amant connaissait si bien, et heureuse du bienfait qu’elle venait de se procurer, rabattit le drap pour continuer la grasse matinée.     

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire